La surveillance de la récolte de l’ours blanc

Depuis le début des années 1990, le Nunavut surveille de près la récolte qui a lieu sur son territoire pour en assurer la pérennité. Chaque année, il recueille des données dans chaque localité et les compile afin d’établir, à l’aide d’un système de quotas souple, la récolte totale autorisée l’année suivante pour chaque sous-population d’ours blanc.

Les personnes exerçant des activités de récolte prélèvent plusieurs échantillons sur chaque ours blanc : la mâchoire inférieure (les dents donnent l’âge de l’animal), un petit morceau de graisse (qui peut indiquer le type de proies consommées) et le baculum (l’os pénien) ou l’appareil génital pour indiquer le sexe. Ces échantillons contribuent à de nombreux projets de recherche différents, par exemple des études conjointes portant sur les concentrations de contaminants chez les populations mondiales d’ours blanc, et des études qui traitent du régime de l’ours blanc et de son état corporel. Le Nunavut est également en train d’établir un répertoire des échantillons de tissus archivés qui pourra servir aux futurs projets de recherche. À Terre-Neuve-et-Labrador, la Wildlife Division prépare des trousses de surveillance de la récolte et les distribue aux titulaires d’un permis pour faciliter la collecte de données et d’échantillons. Les renseignements ainsi obtenus lui permettent d’en savoir plus sur l’aire d’hivernage de l’ours blanc et son état corporel. Les tatouages compilés lors des relevés de population et de la récolte des ours renseignent sur la survie et la répartition de la population du détroit de Davis. Les échantillons d’ADN sont traités et sont ensuite utilisés dans le cadre d’études sur le flux génétique et le taux de survie de l’animal. La Wildlife Division a créé un catalogue des échantillons de graisse d’ours blanc qui serviront aux prochaines analyses sur les contaminants. Elle traite les crânes et en extrait les dents avant de les rendre aux chasseurs en souvenir, et elle utilise ces dents pour déterminer la répartition selon l’âge de la récolte. Toutes ces données sont rassemblées dans un bulletin annuel qui est remis aux bénéficiaires de l’Accord sur les revendications territoriales des Inuits du Labrador et au personnel du gouvernement du Nunatsiavut. Ce travail de collaboration permet d’informer les chercheurs, les gestionnaires, les personnes exerçant des activités de récolte et les résidents intéressés sur l’écologie et la santé de l’ours blanc du détroit de Davis, ainsi que sur les pratiques de récolte des bénéficiaires du Nunatsiavut.