L’importance culturelle

Les peuples autochtones canadiens ont traversé des changements culturels rapides en quelques générations. Ces changements, assortis aux possibilités économiques limitées que présente l’Arctique canadien, créent des conditions socioéconomiques difficiles. Pour leur bienêtre culturel, psychologique et physique, les Autochtones doivent à tout prix entretenir le lien qui les unit aux ressources naturelles. Pour y parvenir, ils peuvent s’adonner aux activités traditionnelles comme la pêche à l’omble chevalier et la chasse au phoque, au caribou et à l’ours blanc. La gestion de la faune à l’échelle locale, le partage des produits dérivés de cette faune, la chasse aux fins de conservation et la traite des fourrures contribuent grandement à définir l’identité culturelle des Autochtones et à renforcer leur cohésion.

La chasse à l’ours blanc est très règlementée et principalement réservée à la subsistance des peuples autochtones du Nord canadien. Cette activité, qui fait partie de leur mode de vie traditionnel, leur permet de récolter des peaux et de la viande, et de gagner de l’argent en guidant des expéditions de chasse et en vendant du cuir et des objets d’artisanat dérivés. Il est donc primordial d’assurer la santé et la viabilité des populations de cette espèce précieuse et charismatique. Partout dans le monde, nombreux sont les exemples qui témoignent du rôle crucial que joue le maintien du lien économique entre la faune et les populations locales dans la conservation de la nature.